Les portes de Québec
accueil


Porte St-Jean 1897
BANQ: P546,D5,P10


Emplacement de la porte St-Jean en 1900
BANQ: P560,S1,P1056

Porte St-Jean 1948
BANQ E6,S7,SS1,61844


Porte du Palais vers 1900
BANQ: P560,S1,P86



 

À l'époque du régime français, seules trois portes fermaient la Ville, la porte St-Jean, St-Louis et du Palais.

La première porte St-Jean a été construite, sous le régime français en 1697. Elle se situait aux environs de la rue St-Ursule, donc un peu plus à l'est. Elle fut déplacée vers la position actuelle en 1720. Puis, en 1757, elle fut reconstruite selon les dessins de Gaspard Chaussegros de Léry (1682-1756).

La porte du Palais ou Porte St-Nicolas construite en 1691 et restaurée en 1720 par Gaspard Chaussegros de Léry (1682-1756) reliait l'enceinte de l'arsenal et les remparts dans la côte du Palais. Les Britanniques la restaureront en 1790. Cette porte  disparaîtra définitivement en 1864. Même lors de la période de restauration des portes de Québec, celle-ci ne sera jamais reconstruite


Cliquez sur la photo pour agrandir l'image

Le rectangle en rouge indique l'endroit où se trouvait la porte du Palais. Entre l'arsenal à gauche et le mur de la rue des Remparts à côté de l'Hôtel-Dieu.

Sous le régime britannique, les anglais ont cru nécessaire de ceinturer la ville de remparts et de portes donnant accès au "bourg". Les Britanniques craignaient toujours une invasion des Américains. Ils ont ainsi ajouté deux portes, les portes Prescott et Hope. La porte Kent que nous connaissons aujourd'hui n'a jamais existée en tant que structure défensive. Elle a été construite, en complément aux portes St-Jean et St-Louis. Elle n'a donc qu'une fonction décorative.

Après la Conquête, la première porte Saint-Jean fut réparée à plusieurs reprises par les autorités, et finalement démolie. En 1867, on construisit une deuxième porte Saint-Jean qui fut de nouveau détruite en 1898. La porte St-Jean (photographiée en 1897) est celle qui sera détruite au cours de l'année 1898.

La porte St-Jean que nous connaissons actuellement, photographiée ici en 1948, a été construite en 1939 en se basant sur le même modèle que la porte St-Louis. La seule différence visible est la tourelle unique ronde de la Porte St-Jean alors que la Porte St-Louis possède une tourelle carrée et une petite tourelle ronde.

Les portes et l'ensemble des fortifications ont subsisté jusqu'à nos jours grâce à la vision d'avenir qu'avait Lord Dufferin. Il a insisté grandement pour que l'on conserve les fortifications et il en a même dessiné les plans. Avec le départ de la garnison britannique en 1871, les autorités de la Ville voulaient les détruire à cause de l'augmentation de la circulation entre les deux parties de la ville.

En regardant les photos de ces portes telles qu'elles étaient avant 1900, il est facile de comprendre les raisons des autorités de la Ville concernant les entraves à la circulation. En tant que portes faisant partie des structures de défenses de la ville, elles avaient pour rôle de restreindre la circulation.

 


Emplacement de la future porte Kent entre 1880 et 1890
ANC: mikan 3245721


Construction de la porte Kent 1900
BANQ: P560,S1,P000093


Voici en 2018, la beauté qui a été préservée par la vision esthétique de Lord Dufferin!
Ma photo de 2006

Heureusement qu'il y a eu des visionnaires même étrangers bien qu'en situation de domination pour protéger les atouts de la ville, même au 19e siècle.

Aujourd'hui cette ville murée en Amérique du nord... c'est d'un intérêt inestimable pour le tourisme. J'aime lord Dufferin bien que faisant parti des conquérants d'avoir protéger notre spécificité.

 

 
Porte St-Louis vers 1870
BANQ: P560,S1,P89


Porte St-Louis 1890
BANQ: P560,S1,P91


Porte Prescott en 1868, Côte de la Montagne
Musée McCord i33952


Porte Prescott 2011, Côte de la Montagne
Ma photo 2011

 

La porte St-Louis a été la première à être reconfigurée dans le cadre de la conservation des portes de Québec tel que suggéré par Lord Dufferin. Cette porte à été reconstruite autour des années 1890 dans l'état actuel qu'on lui connaît.

Ensuite, on a construit de toute pièce la porte Kent au-dessus de la rue Dauphine à l'endroit où l'on avait percé le mur des fortifications. Pour cette porte, Lord Dufferin a réussi à la faire commandité par la reine Victoria et c'est la princesse Louise qui est venue l'inaugurée.

Il faudra attendre à 1939 pour la reconstruction de la porte St-Jean.


Cliquez sur la photo pour agrandir l'image

Plan de la ville de Québec en 1777

Sur ce plan j'ai marqué par des chiffres l'endroit où il y avait des portes de défenses.

  • 1 - porte St-Jean
  • 2 - porte du Palais
  • 3 - porte St-Louis
  • À cette époque, tout juste après la conquête par les Britanniques, seul le côté ouest de la ville est fermé. Le côté du fleuve n'était pas fermé par des portes. Ce n'est qu'au cours de la guerre de 1812 contre les Américains, que les Britanniques jugent nécessaire de ceinturer la ville par des murs.


    Porte Hope en 1868, coin des Remparts et rue Hamel
    Musée McCord i33951


    Reconstitution de la porte Hope pour 2008
    Ma photo en 2008

    En comparant les deux photos de la porte Hope, il me semble que la reconstitution est mal placée.

    Sur la photo de 1868, on peut voir que la porte donne sur la rue Ste-Famille et non sur la rue des Remparts comme sur celle de 2008.

    Sur la photo de 1868 qui suit, nous pouvons voir la porte donnant sur la rue Ste-Famille et le bastion qui bloque l'accès à la rue des Remparts derrière.


    Bastion et porte Hope en 1868
    Musée McCord i3360